Interview de Carmela Valente / Formatrice en prise de parole en public et coaching de Dirigeant

Interview de Carmela Valente / Formatrice en prise de parole en public et coaching de Dirigeant

J’ai eu la chance et le plaisir de rencontrer Carmela Valente, Actrice & Metteur en Scène – Formatrice en prise de parole en public et coaching de Dirigeant. Elle nous livre sa vision personnelle et singulière sur les émotions, l’art (son art) et la création d’expériences.

– Quelles sont vos spécialités ?

J’ai observé, durant ma carrière d’actrice et de metteur en scène, que certains acteurs avaient un pouvoir magnétique sur le public et que d’autres faisaient pâle figure – qu’un même texte pouvait être sublime ou ennuyeux selon qui en était l’interprète. J’ai eu la chance de côtoyer des stars comme Robert de Niro, Isabella Rossellini ou Monica Bellucci et j’étais intriguée par leur aura et la présence que certains dégagent naturellement.

Il y a une vingtaine d’années, j’ai été sollicitée par un dirigeant pour l’aider à préparer une série de conférences et interviews qu’il devait donner. Ce qui l’intéressait c’était mon approche d’actrice et de metteur en scène et il m’a demandé de le coacher comme un acteur, afin d’en acquérir la présence et l’aisance sur scène. Il souhaitait surtout se débarrasser de son anxiété et de sa peur de parler en public. J’ai relevé le défi et par la suite il m’a demandé de former les ingénieurs de son entreprise à convaincre à l’oral. C’est ainsi qu’est née, de façon tout à fait fortuite, cette seconde passion.

J’ai rencontré la même problématique dans le monde de l’entreprise : certains chefs d’équipe ou grands barons de l’industrie sont des leaders, ont du charisme, alors que d’autres sont plus effacés. C’est à ce moment là que j’ai développé mes recherches sur le sujet et une technique pour acquérir ces qualités. J’ai créé Acting Method International© : «  Les techniques de l’Acteur au service du Manager pour s’imposer brillamment en ces moments où tout se joue ».

Je dispense tous les mois des stages de prise de parole en public, des entreprises comme Bolloré ou Fleury Michon qui me font confiance depuis des années et je poursuis mon activité de coaching de dirigeants notamment au Média-training pour les préparer au difficile exercice de l’interview télévisé ou radio. Mon livre Trac Victim qui dévoile mes secrets pour vaincre le stress avant une prise de parole remporte un vif succès et je suis de plus en plus sollicitée en tant que conférencière. Ainsi, j’ai eu récemment le plaisir d’animer une conférence interactive en anglais sur le pitch aux futurs parfumeurs et créateurs de produits de beauté pour l’European Fragrance et Cosmetic Master. Ils ont eu ainsi l’opportunité de travailler leur présentation en allant « to the point » ! (A l’essentiel).

– Que savez-vous / pensez-vous du Marketing expérientiel ?

Le théâtre a été l’une des sources d’inspiration du Marketing expérientiel, qui, comme son nom l’indique cherche à séduire le consommateur, le public en l’intégrant dans une mise en scène, une mise en situation afin de lui faire vivre une expérience unique. Ce qui est très similaire au travail de l’acteur et du metteur en scène : transporter le spectateur dans un univers magique, au royaume de l’imaginaire pour lui faire vivre un moment exceptionnel. En sollicitant les sens du client, un lien très subtil se crée entre la marque et la personne. Cette relation très personnalisée et mémorable le rend à la fois spectateur et acteur tout en créant un rapprochement intime avec un produit.

Lorsque l’on joue une pièce de théâtre, on tisse une toile entre les personnages et les spectateurs qui vont partager un moment éphémère emprunt d’émotions et de sensations. C’est très intense et le Marketing expérientiel cherche à créer cela entre le consommateur et un produit. C’est une forme d’art et c’est passionnant.

Par exemple, certaines vitrines de magasins mettent en situation leurs mannequins, créant ainsi une attraction pour les vêtements proposés. Le consommateur peut ainsi s’identifier beaucoup plus facilement en se transposant dans la scène «  jouée » par les mannequins.

– Comment expliquez-vous la force de l’art à produire en nous des émotions ou à créer du lien ?

L’art est l’expression d’un idéal esthétique, c’est le sens et la culture du « Beau » ! L’esthétique est une onde émotionnelle d’une finesse et légèreté extrême.

Il y a autant d’expressions artistiques que d’êtres humains puisque chacun de nous est différent, unique et possède son propre sens de la beauté. Je pense au travail d’acteur où la culture de l’émotion en est une partie essentielle. L’émotion est un élément vital pour captiver un public. Lorsque nous allons au cinéma ou au spectacle, c’est pour vivre et partager des émotions, trembler, souffrir, rire ou s’émouvoir. Ce que nous achetons, c’est le frisson… !

L’art produit des émotions car c’est l’essence même de l’être humain que de les créer et de les partager ! L’artiste quel que soit son moyen d’expression est un vecteur émotionnel puisqu’ il interprète la vie.

Le public qui reçoit cette communication joue également un rôle émotionnel car il peut adhérer, participer, contribuer ou rejeter cette communication. Lorsque l’on observe la relation émotionnelle entre une star de la chanson et ses fans, ils naviguent en osmose sur une même longueur d’onde.

– Avez-vous une expérience sensible avec une marque/entreprise à partager avec nous ?

Oui, tout juste hier, je visitais le showroom de CD&B spécialistes de la transformation et l’aménagement des espaces de travail par le prisme du bien-être des collaborateurs. J’ai été très surprise en ouvrant la porte du 3ème étage d’un immeuble banal, de pénétrer dans un autre univers, j’avais l’impression d’avoir changé de ville en l’espace d’une seconde et d’être projetée à New York, Londres … Chaque mètre carré racontait une autre histoire.

– Quelques mots de conclusion ?

Lorsque nous étions enfants nous passions du rire aux larmes, de la colère à l’enthousiasme en quelques secondes et cela nous amusait beaucoup, beaucoup plus que nos parents d’ailleurs, qui eux, étaient des adultes très « sérieux ».

Si l’on veut passionner son public, le faire vibrer, il faut faire le chemin à l’envers et retrouver cette liberté d’expression, que nous avions enfants.

Certaines personnes ont gardé cet apanage de la jeunesse, de s’extasier, de s’émouvoir, de vibrer à volonté, c’est sans doute l’une des clés du Bonheur !

À propos de l'auteur

Laurent AUSTIN Laurent AUSTIN
Passionné d'art et de relations humaines, je suis en charge du développement de l’agence de Marketing expérientiel Youmanlink.

Laisser un commentaire

Partages
Partager avec